samedi 28 décembre 2013

La logique de la référence dans l'économie de l'information

Résumé


Le contexte de la France est le souhait des directions d’entreprise d’une maîtrise des coûts des ressources informatiques et réseaux. D’un coté, il y a une croyance dans la réduction régulière du coût moyen de « la ressource numérique ». De l’autre, il y a de multiples pertes et surcoûts dans l’usage de ces technologies. Nous apportons le témoignage de deux interventions visant à la réduction des coûts dans deux grandes entreprises.

Nous identifierons des facteurs de réussite dans deux contextes : d’une part, les difficultés de déploiement d’une Gestion Electronique des Documents (GED), d’autre part l’absence de maîtrise des investissements dans des projets informatiques et réseaux. Ces facteurs de réussite sont basés sur une typologie de quatre références :

- le référencement par l’usage d’un outil symbolique :

- l’inscription d’une Référence sous la forme d’une étiquette

- l’appel à une Référence externe qui apporte une légitimité ou une garantie

- la délimitation d’un projet ou d’un objet en transformation par des Références sélectionnées

De ces quatre types de références, se déduit une matrice typologique bâtie à partir de deux distinctions suivantes :

- la distinction entre les références de participation et les références d’économie d’action

- la distinction entre les références de transfiguration de l’action et les références construites par synthèse/distinction

En rapportons les deux témoignages de maîtrise effective des coûts à la matrice typologique des références, il apparaît que l’axe privilégié est celui de la « Rapidité et exactitude de l’action par des références sélectionnées ».

Dans le cas d’un projet, cette sélection des références, aboutit à une définition synthétique d’un périmètre d’action avec une coopération et un engagement mutuel entre les acteurs d’un projet. Le projet est délimité par un périmètre économique de résultats futurs au sein d’un Portefeuille de projets.

Dans le cas d’une Documentation électronique, elle exige un processus strict entre les acteurs de la chaîne de production d’un Document de référence. Chaque document est considéré comme un élément qui se distingue des autres, distinction qui se matérialise par une Etiquette. L’autorité de la GED est découplée de l’autorité de commandement.

La réussite dans le déploiement d’une GED ou dans la mise en place d’un Dossier économique de projet, passe par la neutralisation de l’axe « Transfiguration de l’action par l’accumulation des références ». Faut-il se priver de la transfiguration de l’action par l’introduction désordonnée de nouvelles références, ou de l’usage d’outils techniques combinant une richesse croissante de fonctionnalités ? Il faudrait alors se mettre en situation d’admettre une croissance raisonnée des coûts informatique et réseaux.

La croyance du coût décroissant d’une ressource numérique universelle


En France, les directions d’entreprise sont majoritairement à la recherche d’une maîtrise des coûts des ressources informatiques et réseaux[1]. Cette volonté de maîtrise se traduit particulièrement par un niveau plus faible des rémunérations des compétences informatiques, comparées aux autres pays développés[2][3]. L’informatique n’est pas considérée comme une science, mais comme la conjonction d’outils et de méthodes[4]. Les compétences en programmation ne sont pas reconnues comme une qualification digne d’un diplôme académique[5].

Deux présupposés s’entendent derrière cette volonté de maîtrise des coûts. Primo, il y aurait une matérialité « numérique », où des nombres peuvent représenter aussi bien un texte, une image, ou un signal électronique. Dans la « ressource numérique » serait unifiée la diversité des ressources - personnes physiques ou morales, documents, données, images, vidéos, outils, , bâtiments, machines, objets, matières premières, etc. pour les chaîner dans une série d’opérations : écrire, lier, modifier, sélectionner, ordonner, trier, calculer, effacer, diffuser, etc. Les résultats, sous leur forme de signal électronique seraient rapidement accessibles en tout point de la terre. Du point de vue du dirigeant d’une entreprise qui maîtrise l’ensemble des opérations (études, production et distribution) sur ses produits, « le numérique ferait autant et mieux pour moins cher. » Toutes les ressources pourraient être revues à la baisse : moins de machines, moins de salariés, moins d’espaces d’ajustement (espaces physiques de stockage, espace immatériel de coopération inter services, etc.). L’informatique, avec ses langages empilés les uns sur les autres, et ses systèmes complexes, apparaît entretenir une complication inutile.

Secundo, le coût de cette ressource numérique baisserait selon un rythme régulier grâce à la science physique et à l’ingénierie. Nous avons entendus à de nombreuses reprises cette affirmation que le coût du matériel est divisé par deux tous les dix huit mois. Des versions simplistes et inexactes des énoncés de Moore se ramène à cette croyance : ‘quelque chose ‘ double tous les dix-huit mois, cette chose étant ‘la puissance’, ‘la capacité’, ‘la vitesse’, ‘la fréquence d'horloge’. Donc, à même niveau technologique, en réduisant le plus possible l’innovation, le coût devrait baisser en proportion. Certes, compte tenu que les ressources humaines sont moins plastiques, même en recourant massivement aux prestataires externes, le budget ‘ressources humaines’ ne peut pas être divisé par deux. Cependant, estiment nos interlocuteurs, le budget Technologies Informatique et Télécoms devrait tendanciellement baisser.

Pourtant ce budget ne baisse pas. A ce jour, à notre connaissance, il n’y a pas eu d’étude fine sur les causes de ce phénomène. Il faudrait considérer d’autres ressources que les outils techniques : les ressources humaines, les ressources de coordination, les ressources d’anticipation et de planification, les ressources de gestion. Pour notre part, à partir de notre double compétence en design informatique et en sémiologie, nous interrogerons ici l’attrait de cette existence supposée d’une ressource numérique universelle et sa contrepartie : l’absence de maîtrise des coûts. Notre thèse est que la croyance en une ressource magique, « le numérique », ne permet pas de gérer avec les démarches appropriées tous les usages des technologies informatiques et réseaux. Nous tenterons ici de suggérer, à travers le concept de « référence » et de deux témoignages d’interventions réussies en entreprise, la nécessité d’une manipulation correcte des opérations de référencement.

Tout d’abord, nous soutiendrons la thèse que la qualification de « numérique » est une opération de référencement spécifique : le référencement par l’usage d’un outil symbolique. Ensuite, nous étudierons trois autres opérations :

- l’inscription d’une Référence sous la forme d’une étiquette

- l’appel à une Référence externe qui apporte une légitimité ou une garantie

- la délimitation d’un projet ou d’un objet en transformation par des Références sélectionnées

En distinguant entre ces différentes références, nous témoignerons des facteurs de réussite dans deux contextes de grande entreprise: d’une part, les difficultés de déploiement d’une Gestion Electronique des Documents (GED), d’autre part l’absence de maîtrise des investissements dans des projets informatiques et réseaux.

Le référencement par l’usage d’une matérialité symbolique


Considérons que le terme « ressource numérique » est de nature symbolique, et que son utilisation est proche de l’invocation magique. Qu’est-ce qu’un symbole ? C’est une matérialité qui va permettre de manifester une énergie relationnelle qui rassemble deux personnes[6] ou l’ensemble des personnes d’une communauté. Par exemple, un amoureux offre à la jeune femme qu’il courtise des roses rouges. Si la jeune femme accepte ces roses, leur couleur Rouge devient alors la manifestation immédiate de la Passion qui les lie l’un à l’autre. Le symbole n’est pas un signe, c’est une participation à une énergie magique. Le Rouge participe de la Passion, il en est l’expression en terme de Couleur. Cette participation symbolique, nous dit la sémiologie, peut être une ressemblance (une icône), une association par proximité (un indice), une convention validée par un usage (un symbole au sens du formalisme mathématique).

Tous les matériels, les langages, les affichages sur écran, les paquets de données deviendraient donc, à un moment donné, du « Numérique », et à ce titre, participeraient du relationnel créé par le Progrès technique. Sans doute pouvons-nous expliquer ainsi pourquoi il y a une telle inflation du terme « Numérique ». Les dirigeants des entreprises, des organisations et de l’Etat métamorphoseraient les systèmes d’information dont ils ont la charge en « Rouge Numérique » pour participer à la « Passion du Progrès technique ».

Voici un cas classique : une personne souscrit un abonnement à un forfait de communication en mobilité. A cet abonnement sont associés une carte SIM et un numéro d’appel. Pour l’usager, la relation carte SIM-abonné est identifiée par ce numéro d’appel[7]. En tant qu’acheteur de la SIM, la personne devient identifiée par ce même N°, qui devient son « N° Identifiant d’appel mobile ». Le N° d’appel mobile est donc deux fois une référence : pour le forfait de communication et pour la personne. Supposons que la personne veuille acheter un autre forfait de communication mobile : un autre N° lui est attribué. Bilan : la personne est identifiée par deux N° d’appel mobile. Cependant, comme elle n’est pas identifiée par une référence propre, comme la personne n’est identifiée somme objet singulier capable de métamorphose, formellement elle n’existe pas.

Faisons un détour par le syllogisme le plus classique[8] :

Socrate appartient à l'Espèce humaine, l'espèce humaine appartient à « l'Ensemble des êtres mortels », donc Socrate appartient à l' « Ensemble des êtres mortels ».

Transposé dans notre exemple, une personne A est référencée ainsi par son N° d’appel :

(A ⊂ Carte SIM) ⋀ (Carte SIM ⊂ N° Appel mobile) ⇒ (A ⊂ N° Appel mobile)

En fait, la relation logique, pour tenir compte de la dépendance matérielle de l’acheteur à la carte SIM devrait s’écrire ainsi :

(A ⊂ Carte SIM) ⋀ (Carte SIM ⊂ N° Appel mobile) ⇒ (Carte SIM (A) ⊂ N° Appel mobile)

Pour A, la Carte SIM est le symbole matériel qui manifeste son Identifiant d’appel mobile. A n’existe qu’à la condition qu’il y ait une communication mobile où la manifestation matérielle – la carte SIM - soit réunie avec le N° Identifiant d’appel mobile :

(A ⊂ Carte SIM) ⋀ (Carte SIM ⊂ N° Appel mobile).

Du point de vue de l’Identifiant N° Appel mobile, A est comme invisible. Seule la carte SIM est vue : Carte SIM (A). A l’image de l’amoureux qui s’efface derrière les Roses rouges, l’utilisateur est effacé dans la mise en avant de la carte SIM. En devenant « carte SIM », l’utilisateur devient « ressource numérique ». Dans son effacement, symboliquement, l’usager accède à l’Energie relationnelle de la communication en mobilité.

Supposons maintenant que cette même personne A habite dans un domicile doté d’un téléphone classique. A nouveau, cette personne A est effacée derrière la manifestation matérielle de sa ligne. La personne A n’est connue du système d’information de l’opérateur qui a posé la ligne, que par le N° de téléphone attribué à sa ligne. Cette personne A se retrouve alors en balance entre deux identifiants qui sont à la fois techniques et relationnels. Le N° Identifiant de la ligne téléphonique du domicile et le N° d’appel mobile. Une situation de rivalité apparaît entre deux Energies relationnelles. Comment la personne A va-t-elle se définir : par les relations associées à la ligne téléphonique de son domicile ? Ou par celles associées à la carte SIM ? Quelle est la référence qui l’emportera ? Ce sera celle qui apportera, du point de vue de la personne A, le plus d’énergie relationnelle. Nous suggérons qu’il y a un effet de transfiguration. Les Identifiants deviennent tels des Héros mobilisant leurs capacités magiques. L’Identifiant N° d’appel mobile insèrera la carte SIM dans un « smartphone », afin de démultiplier les possibilités d’usages en mobilité. L’Identifiant N° d’appel fixe se dotera d’une Box, afin d’enrichir la convivialité du domicile.

Avec cette rivalité, nous commençons à formaliser une des causes d’augmentation des coûts des technologies dites « numériques » : des conflits de légitimité sont inévitables entre les différentes matérialités symboliques. L’arbitrage du « plus légitime » se fait alors au niveau de l’augmentation de la « participation matérielle » permise par un nouvel outil technique : une ressemblance plus forte avec les images d’un groupe socio-culturel, une association avec des pratiques relationnelles plus riches, ou une convention imposée par son usage par un grand nombre de personnes. Nous reconnaissons ici les ressorts du succès de Google et des réseaux sociaux type Twitter, FaceBook, ou Linked In.

Pour une typologie logique des références


Nous proposons de resituer l’efficacité du symbolique dans un ensemble plus vaste : la logique de la référence. Une référence est une mise en rapport entre un objet présent et un objet extérieur virtuel[9]. Cette mise en rapport peut se faire de deux manières.

Nous avons examiné la manière de la « participation », où la Référence investit l’objet qu’elle référence. Dans le cas du symbole, la participation est matérielle. Il existe une autre manière de participation, qui repose sur un support d’écriture où la référence imprime sa marque à l’objet référencé : « l’étiquette ». Par exemple, à un tissu sera attachée une étiquette où figure « le numéro de référence » de l’échantillon dans le catalogue du fournisseur. Sur l’étiquette qui est un ajout matériel au tissu, le « numéro de référence » manifeste que le tissu est bien identifié dans un Catalogue de références. Grâce à l’étiquette, la mise en rapport est faite avec un Catalogue où la Référence[10] appelé par la référence imprimée apportera une garantie d’identité. Cette Référence-catalogue (anciennement appelé Livre) distingue de façon exhaustive les différentes sortes de tissu et précise les caractéristiques d’un coupon de tissu de façon à lever toute l’ambiguïté. Nous verrons plus loin que la GED consiste à attacher une étiquette à un document, pour situer ce document dans un Fonds documentaire.

A coté du référencement par participation, il y a le « référencement par économie d’action ». L’action doit s’approprier les objets directement utiles, et mettre au second plan les objets qui sont déterminants. Dans l’action, une incertitude survient souvent : le choix de telle branche de l’alternative de décision sera facilité par une mise en rapport avec une information plus précise ou une information garantie. Le terme de « référence » nomme alors la qualité de l’objet extérieur. Cette qualité est apportée par une personne, par exemple, un banquier informé de la solvabilité d’un acheteur[11]. Les termes du choix deviennent clairs, et l’action peut suivre une trajectoire certaine.




Figure 1 : Le référencement par économie d’action

Wikipédia est l’exemple même du référencement par économie d’action. Une fiche Wikipédia peut se lire rapidement comme une série d’affirmations. Parallèlement, est proposée pour chaque affirmation une référence à un texte, une théorie validée, ou un fait historique incontestable. Avec cette « qualité de l’objet » auquel il est référé, intervient la dimension de la légitimité. Une référence légitime est une preuve auxquels tous se réfèrent, parce qu’elle incarne la règle commune, la loi, la perfection, l’efficacité, la performance, le bon fonctionnement, etc. A quoi répond le critère de légitimité ? Il mesure le degré de qualité de la référence. Par exemple, pour garantir la solvabilité d’un acheteur, la parole du banquier sera plus légitime que la parole d’un parent.

Nous devons envisager un second niveau dans l’économie d’action. Un texte dans Wikipédia peut s’enrichir de plusieurs dizaines de références. Mais si le lecteur est soumis à la double contrainte, un, de lire un texte dans un temps limité, et, deux, de consulter systématiquement les références, il est inévitable de limiter les références. Il faut donc sélectionner les affirmations du texte en fonction d’un petit nombre de références essentielles. Ce type de texte est nommé « synthèse ». Cette opération de synthèse caractérise, selon nous, la construction d’un projet. Un projet peut s’assimiler comme une suite d’affirmations qui sont validées par rapport à un petit nombre de références.

Dans l’entreprise, les projets doivent refléter les « valeurs de management ». Que se passe-t-il lorsque des besoins d’opérations informatisés sont exprimés par un manager. Ce manager défend des références légitimes du point de vue de ses valeurs managériales. Alors, via l’insistance sur un besoin, ce manager privilégiera un jeu d’opérations par rapport à un autre. Dans ce jeu, il exigera de faire développer une instruction plus qu’une autre. De même, dans la diversité des données, il sélectionnera certaines qualités et ignorera les autres. Si ces données peuvent se modéliser en Objet dotés d’action, il dotera cet Objet des actions qui reflètent les valeurs managériales

Cependant, si un projet est transversal à plusieurs départements ou directions, les valeurs de référence seront multiples et contradictoires. Souvent les valeurs qui, au présent, sont légitimes, sont contradictoires entre elles. Si nous ramenons le développement d’un projet comme une trajectoire de l’action, elle apparaît dégradée par la nécessité de traiter régulièrement des conflits entre références légitimes. Comment donner à un projet ses propres références ? Nous verrons comment, dans notre second témoignage, la méthode qui a été mise en œuvre et s’est révélé une démarche efficace de réduction des coûts.

Nous proposons une articulation de ces différentes sortes de référence sous la forme d’une matrice typologique bâtie à partir de deux distinctions suivantes :

- la distinction entre les références de participation et les références d’économie d’action

- la distinction entre les références de transfiguration et les références synthèse/distinction




Economie d’action avec les Références en second plan


Action conduite par participation à la référence


Transfiguration de l’action par l’accumulation des références

Augmentation de fiabilité ou de garantie par renvoi à des textes ou à des personnes dignes de confiance

Participation à une matérialité - le symbole - qui concrétise la présence de la Référence relationnelle
« Usage d’un outil technique »


Rapidité et exactitude de l’action par des références sélectionnées

Synthèse par mise en correspondance stricte de l’objet avec des références choisies.

Etiquette qui est fixée à un objet, un texte, un lieu, munie d’un code, de caractéristiques, d’une puce RFID ou d'une URL, faisant référence à un ou des  attributs fixés dans un Catalogue



Dans les deux témoignages suivants, nous proposeront une analyse de la formation des surcoûts ou des pertes, et décrirons des méthodes les neutralisant par le choix d’un type de référence.


La Gestion Electronique des Documents serait-elle une rivale de l’autorité de commandement ?


Le premier témoignage porte sur un chantier de mise en place d’une Documentation Electronique de Documents (GED) et des droits d’accès dans le contexte d’un grand opérateur Télécoms. La perte d’archives comptables qui servent de preuves par rapport à des exigences règlementaires et fiscales a entraîné le paiement d’amendes élevées. De nombreuses plaintes font état de la difficulté d’accéder à des documents faisant référence pour la gestion du réseau Télécoms. Des données techniques sont impossibles à connaître par la Distribution, ce qui entraîne des surcoûts logistiques. Des projets de partenariats prennent du retard, faute d’être informé de l’existence de contrats détenus par la Direction juridique.

La question des droits d’accès est devenue clé. Dans leur forme digitale, les documents de Référence d’un réseau télécom fournissent la Nomenclature des éléments et la carte de leurs interrelations, retracent l’ensemble des modifications et des maintenances, et comportent eux-mêmes des références à des normes techniques, commerciales et règlementaires. Dans l’ancienne Direction « Réseaux », les droits d’accès d’une application documentaire avaient été attribués aux seuls membres de cette Direction. A la suite d’une réorganisation, ces droits d’accès étaient devenus la « propriété » d’un petit nombre de personnes. Ces personnes avaient leurs correspondants privilégiés, et bloquaient l’information vers les autres demandeurs.

Il est donc décidé la mise en place d’une GED couvrant l’ensemble de l’entreprise[12]. En particulier, le principe est d’élargir l’accès aux documents à tous ceux qui pourraient tirer un intérêt de leur connaissance. L’enjeu est de faire accepter aux hiérarchies des directions un espace de gestion des documents mutualisé sur la totalité de l’entreprise. Afin de découpler l’architecture des droits d’accès des changements fréquents de l’organisation, il est prévu qu’une réflexion collective définisse les différents niveaux de droits d’accès.

Le principe même d’une GED collectant et organisant l’ensemble des documents de l’entreprise rencontre une vive hostilité de la part d’une partie de la hiérarchie. Cette hostilité se traduit de multiples manières : rétention de documents, contributeurs réfractaires ou refus de contribution, attaques contre l’équipe projet. En faisant état de ces difficultés auprès de chefs de projet ou consultants experts en GED, il est apparu que tous les rencontraient. Hormis les métiers où la production ou la gestion de la documentation sont centrales - le juridique, le commercial, l’ingénierie, la maintenance, le médical[13], l’existence d’une Documentation de Référence à faire vivre est considérée comme un coût excessif, sinon inutile par rapport aux autres ressources mobilisées en vue de la performance. Comment expliquer cette hostilité ?

Considérons la production un document en entreprise : il est l’objet de multiples actions. Il est écrit par une première personne, considéré comme ‘l’expert’. Il est contrôlé par d’autres experts. Il est validé par des experts de plus haut niveau hiérarchique qui le considère selon des critères commerciaux, règlementaires, juridiques. Un document n’est jamais seul. Il se construit par rapport à d’autres documents qui font également référence. Une fois créé, il alimente un « Catalogue global ». Entrant dans la documentation comme un élément supplémentaire dans un dossier, il est affecté d’un N° de référence qui permet de faciliter son accès. Il est complété par des mots d’aide à l’accès (tags) en vue de recherches futures. Cependant, l’accès effectif est réglé par des « droits d’accès » différents selon le statut et les missions des lecteurs potentiels.

Au terme de ces opérations, le document devient la « Référence » : la source qui fait autorité, car il se présente comme valeur définitive, annihilant toute autre information. Il sert de base à toute action de définition, de distinction, d’estimation ou de calcul sur l’objet qu’il documente. Objet incarnant l’autorité indépassable, il est précédé d’une série de préalables qui donnent un passage vers la « vérité » à une personne qui est dans l’incertitude. Appréhendé sous l’angle de l’autorité, le « document » apparaît comme un rival de l’autorité hiérarchique. Rappelons que le fondateur de la théorie de l’organisation, Henri Fayol[14] prône l’unité de la source de l’autorité. Pour Fayol, le commandement et la direction n’existent qu’à la condition d’être « unité », afin de faire du « chef » la référence indépassable.

Unité de commandement : pour une action quelconque, un agent ne doit recevoir des ordres que d’un seul chef.

Unité de direction : un seul chef et un seul programme d‘opération visant le même but.

L’autorité de référence que possède une documentation ne peut être que contestée par l’autorité hiérarchique, qui estime être la seule « autorité de référence » :

- à l’utilisation courante de la Référence globale que constitue l’ensemble de la Documentation et des Archives, la hiérarchie préfèrera utiliser et faire utiliser les documents produits sous son autorité directe ;

- à une architecture des droits d’accès tenant compte de la logique interne des références documentaires, la hiérarchie souhaitera un décalque de l’organisation du moment ;

- aux règles et les principes normalisant la production de documents, de façon à leur donner un statut de « référence », la hiérarchie préférera les règles des différents métiers.

Par contre, les exigences venant de l’extérieur de l’entreprise seront volontiers admises, par exemple celles réglant la production des documents d’Assurance Qualité.

Un Catalogue de Fonds documentaires avec Etiquetage : « Les niveaux d’accès aux documents Références »


Dans chaque Direction de cet opérateur Télécoms, il y a ce principe : un document est défini par le métier des personnes qui ont y ont accès. Par exemple, le document juridique est défini par les juristes. De ce fait, l’existence ou le contenu de ce document est ignoré par les autres directions. Cela a pour conséquence des perturbations et des retards dans les partenariats de projets de développement. Voici une situation fréquente : une équipe-projet initie une coopération avec un partenaire potentiel et commence à contractualiser sans connaître l’existence de contrats antérieurs. Informée, la Direction juridique fait état de contrats et d’engagements antérieurs, ce qui amène à reprendre la coopération à zéro.

Autre situation. Sur le marché de la téléphonie mobile, la couleur du mobile est une donnée importante, car, par un effet de mode, le « bleu » ou le « rouge » n’ont pas les mêmes flux de commandes, ce qui a des effets en cascade dans le processus logistique. Cependant, pour la Direction Technique, « la couleur est une « donnée technique » auquel l’accès est interdit à la Direction commerciale. Les documents logistiques sont donc privés de toute référence à la couleur, ce qui bloque la compréhension et donc l’optimisation des flux logistiques.

Nous avons alors introduit une variante dans le principe d’accès, en mettant en avant l’unité de l’entreprise : « Un document de Référence est défini par l’ensemble des personnes qui ont des besoins d’informations documentaires en tant que membre coopérant de l’entreprise ». Avec ce nouveau principe, il devient possible de collecter l’ensemble des besoins d’informations documentées. Au cours de cette collecte, il est apparu que « le droit d’accès » se transformait en « validation pour référence ».

Reprenons l’exemple de l’équipe-projet qui veut contractualiser une coopération avec un partenaire potentiel. Supposons que sur l’écran d’entrée de la GED, elle lance une recherche sur les informations et documents mentionnant ce partenaire. En sortie, sont fournies des mentions de toutes sortes de documents juridiques, commerciaux, techniques. Parmi ces documents divers, il est fait mention de contrats juridiques. Le besoin devient la connaissance du degré de légitimité de la référence : « dans ces divers documents, quels sont les contrats juridiques qui font référence ? ». De la mention d’un document comme « renvoi à une référence » on passe à la qualification d’un document en tant que « la référence faisant autorité». A coté de la mention « contrat juridique », il devient nécessaire de préciser le statut du document auquel la GED renvoie. Est-ce un projet de contrat ? Ou bien est-ce le contrat définitif ? Ce contrat peut-il être lu directement, ou requiert-il l’assistance d’un juriste ?

Nous avons introduit la notion de « Fonds documentaire » pour caractériser les documents attestés comme « Documents de référence » validés par les experts des métiers. Cette garantie est conditionnée par le respect d’un processus[15]. Voici les rôles typiques dans ce processus : ‘dépôt’, ‘rédaction’, ‘validation’, ‘lecture’, ‘lecture moyennant autorisation’, ‘gestionnaire du Fonds’. Un Fond Documentaire fonctionne comme l’indication qu’il comprend des documents qui, validés, font référence dans un sujet. Les accès aux Fonds documentaires génère de facto un statut « en généralité » : « le Réseau », « les Relations clients », « les Relations partenaires », « les Relations administratives », « le Juridique », « les Finances », « les Ressources humaines », « l’Assurance qualité » couplé à un niveau d’autorité de référence, par exemple « chef de projet » ou « expert métier». Un Fonds documentaire n’est la propriété d’aucune direction en particulier. Par contre, sa qualité est de garantir que les documents de références sont des Références effectives. Un Fonds documentaire est l’équivalent d’un Catalogue.

Un document de référence peut être accessible par différents Fonds documentaires. Cette diversité d’accès devient possible par l’apposition sur chaque document d’une Etiquette qui précise son Sujet, son Objet, sa Finalité, l’Expertise de garantie, etc. et qui comporte un Identifiant qui l’individualise par rapport à tous les autres documents. A cet identifiant est associé une URL.

La documentation numérisée dans la GED peut se représenter selon une pyramide qui représente tous les documents de l’entreprise. A sa base, au niveau 1, figure les documents déposables par tous et accessibles par tous, et qui n’ont pas de statut de Référence documentaire. Par exemple des présentations des activités des différents secteurs de l’entreprise ou une carte des processus.


Figure 3 : L’organisation des documents dans une GED

La GED propose une double dynamique d’action. D’un coté, elle permet de connaître l’existence de (presque) tous les documents de l’entreprise, et donne accès à documents référentiels extérieurs à l’entreprise. De l’autre, elle construit une « échelle des degrés de Référence » qui entraîne un découplage radical entre l’autorité des références documentaires et l’autorité de commandement.


La prévention des risques par le recours aux références symboliques

Dans cette grande entreprise de transport aérien, quelques projets d’applications captent la plus grande partie du budget « Informatique et réseaux ». Les projets innovants et rentables sont bloqués. Notamment, un projet poussé par un des grands métiers a, pendant plusieurs années, consommé une part de plus en plus grande des ressources du budget informatique. Scandale : quelques jours avant la réception officielle de l’œuvre, le chef de projet, réputé comme ‘champion’, démissionne. Il apparaît que l’œuvre est de très médiocre qualité et pénaliserait l’efficacité du métier si elle était mise en service telle quelle. Le bilan financier est catastrophique. Voici, à partir de la notion de « risque » une explication possible de cette situation.

Un projet d'évolution d’une des applications principales du Système d'information est un investissement qui présente intrinsèquement un risque. Comme ce projet courre sur plusieurs années, quatre types de risques sont sont à prévenir :

- l’utilisation d’une technologie innovante induit le risque de difficultés techniques inattendues et peut être non maîtrisables ;

- de nouvelles normes imposées par tel ou tel environnement : la loi, le métier, les concurrents, etc. vont remettre en question les données et les règles existantes ;

- une nouvelle direction peut assécher les ressources nécessaires ;

- la prise de conscience de nouveaux besoins et leur non satisfaction peut entrainer le rejet par les futurs utilisateurs de l’œuvre réalisée.

Par rapport à ces risques, le chef de projet développe deux sortes de comportements :

1. à partir des ressources connues, il procède à une organisation fine des actions et des délais des résultats du projet ;

2. il recherche des « couvertures » des différents risques, couvertures qui se présentent associées à des symboles de références managériales ou culturelles.

Par exemple, pour éviter les difficultés techniques, il privilégiera des matériels classiques et limitera par principe le recours à des technologies récentes bien que prometteuses. Pour limiter l’impact de l’environnement, il singularisera ses données et ses règles d’opérations, afin qu’elles ne soient pas comparables. Pour se faire sponsoriser par un membre influent de la Direction, il augmentera son périmètre fonctionnel de façon à apparaître comme un budget important. Pour s’assurer de l’acceptation des utilisateurs, il reprendra le plus possible des fonctionnalités existantes.

Symétriquement, les acteurs qui apportent la couverture du risque en tirent un bénéfice symbolique. Par exemple, un Directeur financier sponsorisera de préférence un projet dont la rentabilité est facile à argumenter. Dans la relation entre le projet réputé rentable et la Direction Financière émerge une valeur qui fera référence : ‘la Rentabilité’. Par leur petit nombre, les membres de la Direction vont privilégier, par effet de miroir, un petit nombre de chefs de projet, et les couvertures qu’ils apportent vont consolider telle ou telle Référence comme ‘légitime ». Certains chefs de projets apparaissent alors comme des champions en termes de couverture de risque et de Références légitimes. D’autres chefs de projets apparaitront comme des perdants potentiels. Finalement, comme les couvertures et les légitimités sont apportées par les pouvoirs en place de l’organisation existante, les investissements les moins perturbateurs seront privilégiés.

Au sein même du projet, tous ces appels de références deviennent des symboles de Références dont les légitimités sont extérieures au système d’information. Il devient impossible au projet de construire son propre Référentiel.

Dans cette compagnie de transport aérien, quatre conséquences sont évidentes :

- un trop gros projet est impossible à arrêter avant que l’échec intervienne

- il y a un déphasage par rapport aux évolutions du marché et des clients

- il y a l’impossibilité de se référer à des normalisations et des benchmarks extérieurs

- il y a absence d’innovation par rapport aux concurrents.



Figure 4 : Exemple d’augmentation de coûts générés par la prévention des risques



Le projet comme synthèse de références sélectionnées : « L’évaluation économique des projets »

Une leçon est tirée de la mésaventure. Auprès de la Direction Générale, une entité « Maîtrise d’ouvrage transverse » est chargée de constituer un « Portefeuille des projets » identifiant et priorisant les petits projets innovants, tout en promouvant un Référentiel unique du système d’information. D’abord, les idées d’évolution des données et d’automatisation des opérations métiers sont sollicitées et collectées auprès de tous les secteurs de l’entreprise. Ensuite, les projets d’œuvre sont évalués au plan économique selon une pluralité de critères.

Les coûts du projet sont comparés aux impacts de l’œuvre devenu un ouvrage en exploitation[16]. La comparaison se fait également entre des projets de natures différentes : lancer une campagne de pub, réaménager une réception client ou réaliser un logiciel. Avant d’intégrer le portefeuille, chaque projet d’œuvre est évalué selon :

- le différentiel pour le métier : qualité de la relation client, efficacité, qualité, fiabilité, sureté, productivité, etc.

- l’impact financier : chiffrage des coûts du projet d’œuvre, gains apportés par l’œuvre devenue ouvrage en exploitation, calcul de rentabilité

- la durée effective du projet d’œuvre (1 an, 2 ans, 3 ans) et la facilité d’affectation judicieuse des ressources humaines

- la faisabilité à 3 ans par l’anticipation de l’évolution prévisionnelle en + ou - des n ressources financières disponibles

Quelque soit la réputation des promoteurs des idées et les légitimités des Références invoquées par les sponsors, tous les projets sont ramenés à une évaluation économique selon trois résultats possibles :
- Valeur Ajoutée Nette (VAN) maximum : identifier les projets qui ramènent le plus d'argent.

- Taux de Retour sur Investissement (TRI) maximum : prioriser les projets qui rentabilisent le mieux chaque franc dépensé. Pour que les 'petits' projets très rentables puissent passer !

- Pay Back mini : minimiser le risque dans une situation très évolutive ! Vers les projets qui ramènent le plus vite de l'argent

Cette évaluation ouvre un espace de parole collective mettant chacun à égalité. Analystes et représentants des métiers contribuent à proportion de leurs compétences respectives afin d’aboutir à une représentation exacte de l’œuvre, et de ses impacts en situation d’ouvrage. Identifier clairement les gains et les couts d'un projet donne l'occasion :

- de se poser des questions qui feront avancer la définition de ce que l'on veut obtenir ; on peut ainsi élaguer et prioriser les demandes ; en particulier, on éliminera tôt les demandes peu utiles qui coutent cher ;

- d'enrichir la liste des conséquences d'un projet et apporter des ordres de grandeur ;

- d'impliquer concrètement les responsables, qui seront amenés à prendre la mesure des éléments sur lesquels ils s'engagent ;

- de faire émerger les données clés, et de les situer dans le système d’information.

La définition des références se fait ici par rapport à un avenir. Ce ne sont pas les Références actuelles qui « comptent » mais les « promesses de résultats ». Au plan symbolique, ce qui fait référence est l’engagement conjoint d’un chef de projet, de la Direction métier et de la Direction informatique et télécom sur des ressources à mettre en œuvre pour atteindre des résultats chiffrés. Un document de référence à la fois technique, économique et managérial est signé par les différents acteurs, qui met en corrélation les normes de design de l’œuvre et les indicateurs de performance à suivre : le « Dossier économique du projet ».

Les engagements sur les références économiques (VAN Maximum, TRI maximum, Pay Back minimum) vont avoir deux effets : la maîtrise des coûts et l’articulation interne du système d’information. Comme tous les projets sont soigneusement délimités, aucun de ces projets ne devient un « grand projet », ce qui libère des ressources pour de multiples « petits projets »[17]. Chaque œuvre est finalisée par rapport à ce qu’elle apporte de spécifique, ce qui évite les redondances et les incohérences.

L’engagement est réactualisé à chaque étape clé. L'évaluation économique du projet s'effectue :

- en début de projet, afin d'en permettre le lancement ;

- à chaque Comite d'Investissement et chaque Revue budgétaire ;

- en fin de projet, au moment où l'équipe projet se dissout : re actualisation des couts ;

- par sondage, après un certain temps d'exploitation de l'ouvrage : réactualisation des charges et recettes différentielles.

La démarche de questionnement et d’engagement peut se représenter ainsi dans le schéma suivant :



Figure 5 : La démarche de questionnement et d’engagement sur le référentiel d’un projet


D’abord conçue pour l’évaluation économique des projets informatiques et réseaux, la méthode a été étendue à l’ensemble des projets de l’entreprise.

L’informatique comme symbolique de la coopération et du référentiel commun


Si nous rapportons ces deux témoignages à la matrice typologique des références, il apparaît que l’axe privilégié de la démarche de réduction ou de la maîtrise des coûts est celui de la « Rapidité et exactitude de l’action par des références sélectionnées ».

Dans le cas d’un projet, cette sélection des références, aboutit à une définition synthétique d’un périmètre d’action avec une coopération et un engagement mutuel entre les acteurs d’un projet. Le projet est délimité par un périmètre économique de résultats futurs au sein d’un Portefeuille de projets.

Dans le cas d’une Documentation électronique, elle exige un processus strict entre les acteurs de la chaîne de production d’un Document de référence. Chaque document est considéré comme un élément qui se distingue des autres, distinction qui se matérialise par une Etiquette. L’autorité de la GED est découplée de l’autorité de commandement.

La réussite dans le déploiement d’une GED ou dans la mise en place d’un Dossier économique de projet, passe par la neutralisation de l’axe « Transfiguration de l’action par l’accumulation des références ». Faut-il se priver de la transfiguration de l’action par l’introduction désordonnée de nouvelles références, ou de l’usage d’outils techniques combinant une richesse croissante de fonctionnalités ? Il faudrait alors se mettre en situation d’admettre une croissance raisonnée des coûts informatique et réseaux.


CV Francis Jacq

Docteur en Philosophie, Paris1. Diplômé en Sémiologie, EHESS. Diplômé en Génie Electronique, Paris 12. Formé à l’Intelligence artificielle, Framatome-Cognitech.

1978-1988. Dans les entreprises explorant de nouvelles formes d’organisation, création et animation d’espaces de formation par l’action, de groupes de prise de paroles et de dynamiques de montée en autonomie des opérateurs. Electronique/Thomsom-CSF. Informatique/Bull. Mécanique/Fichet Bauche. Chimie/Rhône Poulenc Saint Fons. Automobile/Renault Production. En indépendant ou avec Entreprise et Personnel.

1982. Pour le Ministère de l’industrie, recueil des bonnes pratiques des décideurs informatique dans RACINES, méthode de réalisation d'un Schéma Directeur Informatique et Bureautique, Ed. Documentation Française. Avec Sorgem.

1985-1988. Formation et coaching des chefs de grands projets de changement, avec la première formation en France pour « Conduire un projet de changement ». Alcatel, AGF, Air France, BSN, Crédit Agricole, CDF Chimie, EDF, France Télécom, GFC-BTP, RATP, Ministère de l'Éducation, SEP, SNECMA, Usinor Sacilor. Avec Entreprise et Personnel.

1988-1992. Chef de projet en charge des Ressources humaines au Journal le Monde, je modernise les pratiques de gestion : informatisation de toutes les positions de travail, montée en compétences de tous dans tous les métiers, expression des émotions via la communication interne, mise en histoire des vies professionnelles.

1993. Modélisation des compétences d’un Chef de projet de changement. Framatome-Cognitech.

1994. Animation d’un séminaire de philosophie sur « La genèse du Train à Grande Vitesse ». Collège International de Philosophie.

1994-1996. Montage de collectifs élargis de formation-action, s’appuyant sur des Référentiels de compétences et des outils logiciels de composition d’équipes auto-apprenantes. Informatique/Bull. Assurances/Groupe Malakoff. Services/Générale de Restauration.

1997-1999. Formation-action des équipes d’Assistance Maîtrise d’Ouvrage d’Air France au pilotage des projets informatique & réseaux. Avec Eutelis.

2000-2003. Référentiel des échanges EDI, structuré avec XML, avec Eutelis. Chef des projets de construction des référentiels « Catalogue » et « Client » pour Orange France.

2003-2008. Responsable du Management des connaissances à Orange France. Déploiement de la Gestion Electronique de Document et d’un annuaire interne QuiFaitQuoi. Architecture des droits d’accès. Constitution et animation d’une communauté d’échanges de pratiques entre les Directeurs de programmes.

2009-2013. Travaux de modélisation des démarches d’argumentation, de pédagogie et d’auto-apprentissage. http://www.cvscore.com. Participation à l’Institut Xerfi.


[1] En 2012, 38% des décideurs informatiques interrogés par ZDNet.fr prévoyaient un budget IT stable et 28% en baisse sur un an. Le chiffre est voisin dans l’enquête d’Accenture et 01 (109 DSI de grands groupes sondés) : la stabilité y ressort dans 41 % des réponses et 34 % des dirigeants interrogés prévoient une baisse des dépenses IT. La prévision de stabilité dépasse même les 60 % dans l’enquête Aastra-NetMedia Europe, auprès de 240 responsables informatiques français de PME et de grands groupes.
[2] Informaticiens : le benchmarking européen des salaires en 2002 http://emploi.journaldunet.com/magazine/1279/
[3] Baromètre Salaires 2010 ZDnet.fr http://www.zdnet.fr/actualites/barometre-zdnetfr-activetechpros-des-salaires-des-informaticiens-en-france-et-en-europe-39756165.htm?
[4] Présentation du département Informatique de l’INSA Lyon http://www.insa-lyon.fr/fr/formation/second-cycle/informatique/informatique
[5] L'école 42 de Xavier Niel : ce qu'en pense un développeur. http://www.letudiant.fr/etudes/ecoles-specialisees/l-ecole-42-de-xavier-niel-ce-qu-en-pense-un-developpeur.html
[6] Le mot « symbole » est issu du grec ancien sumbolon (σύμβολον), qui dérive du verbe sumbalein (symballein) (de syn-, avec, et -ballein, jeter) signifiant « mettre ensemble », « joindre », « comparer », « échanger », « se rencontrer », « expliquer ».

En Grèce, un symbole était au sens propre et originel un tesson de poterie cassé en deux morceaux et partagé entre deux contractants. Pour liquider le contrat, il fallait faire la preuve de sa qualité de contractant (ou d'ayant droit) en rapprochant les deux morceaux qui devaient s'emboîter parfaitement. Le sumbolon était constitué des deux morceaux d'un objet brisé, de sorte que leur réunion, par un assemblage parfait, constituait une preuve de leur origine commune et donc un signe de reconnaissance très sûr. Repris de http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole
[7] Nous resterons ici au niveau de l’usage vécu, et ne tiendrons pas compte des différents identifiants utilisés au plan de la technique de mise en communication.
[8] Dit « Barbara », dans le jargon de la scolastique
[9] 1846 (Besch. Suppl.: Référence. Relation); 1868 « action de se référer ou de renvoyer à un article, à une chose ayant quelque rapport » (F. Baudry, Gramm. comparée des langues classiques ds Littré);
[10] 1877 (Littré Suppl.: Référence. Nom, chez les marchands de tissus, du livre où sont réunis les échantillons des marchandises livrées à la vente).
[11] 1845-46 (Besch.: Référence... pour désigner les personnes auprès desquelles ces compagnies [de chemins de fer] peuvent prendre des renseignements sur la solvabilité de ceux qui demandent des actions); 1865. « Renseignements sur quelqu'un » (Sainte-Beuve, Corresp., t. 14, p. 288);
[12] Le progiciel Documentum
[13] Ainsi, Documentum est issu de la gestion automatisée des dossiers d’Autorisation de Mise sur le Marché d’un principe actif
[14] « Administration industrielle et générale» (1920), H. Fayol
[15] Ce processus est nommé « Document control » dans les entreprises d’ingénierie.
[16] Considérer un ouvrage en exploitation, consiste à anticiper l’impact organisationnel et économique d’un dispositif métier de nouvelles données et d’opérations automatisés apportant un gain effectif dans une exploitation quotidienne.
[17] Redistribution de 760 millions € de 1999 à 2002 sur les « petits projets » à forte valeur économique.

Les Formes de l'action

Les Références d'un protocole de montage / 1978

 Formes de l'action, formation par l'action

Comment un philosophe devient un expert de la formation par l'action

Après avoir été technicien en électronique plusieurs années, j'avais entrepris des études de philosophie. Et autant pour gagner ma vie que pour m'assurer une future situation professionnelle, j'assurais des vacations en Formation Continue pour le compte d'un GRETA* de la région parisienne.
Est-il possible de faire la part du hasard et de la nécessité ? On me demanda si cela m'intéresserait de former des ouvrières aux rudiments de l'électronique. Pourquoi faisait-on appel à moi ? Parce que les autres enseignants ou formateurs s'étaient récusés, jugeant que, vu les difficultés posées par ce public, le fait qu'il faille tout prendre à zéro, la tâche n'offrait vraiment aucun agrément.

Tout au contraire, je fus d'emblée conquis par ce projet. Les souvenirs de mon ancien métier, la volonté de transgresser les tabous, le charme de l'expérimentation, tout contribua à me rendre convaincant auprès du responsable du GRETA, du responsable de formation de l'entreprise et de la hiérarchie de ces ouvrières.

A l'époque, je discernais mal les enjeux que représentait une telle formation pour l'ingénieur responsable de l'atelier, et ignorais tout des tensions accompagnant la "mise en formation". Habitué aux usages de l'Education Nationale je ne m'étais pas trop étonné que les futures stagiaires n'aient aucune part à l'élaboration du programme et des modalités de stage. Cependant, je demandais à visiter l'atelier et à rencontrer individuellement les ouvrières. Et lors de la visite est revenu sans arrêt le leitmotiv suivant :

"Je ne suis pas opposé à une formation mais je ne suis pas trop volontaire non plus. Est-ce qu'on fera des mathématiques ? C'est bien trop difficile pour moi et d'ailleurs ça ne me servirait à rien, là où je suis".

Je fis tout mon possible pour mettre les personnes en confiance : j'irais à leur rythme, l'on ferait appel à leur expérience quotidienne concrète, etc. Tant et si bien que huit ouvrières se déclarèrent volontaires pour aller suivre la formation.

 

La proposition de formation

Préambule

Les salariés entrés dans la vie active avec un bas niveau scolaire sont les grands absents des lieux de la formation permanente.

Aussi, la mise en oeuvre d'une action de formation destinée à des câbleuses, à la fois exécutantes et femmes, mérite en elle-même d'être soulignée.

Le GRETA de A..., pense que l'insuccès traditionnel des "formations ouvrières" est un défi à relever. Mais la réussite ne peut s'obtenir qu'au prix d'une pédagogie "ouverte et réfléchie".

Données du problème et objectifs de la formation

L'action de formation de huit ouvrières OP2 d'un atelier de prototype inséré dans un des centres de recherches de N..., est entreprise à la demande du Chef de Service. Celui-ci se trouve confronté à trois exigences :

* Avec l'abandon, à la suite de la fusion avec B..., de la sérigraphie N..., la réalisation des cartes logiques est guidée avec des listings, des croquis et des schémas hétérogènes entre eux. Mais les câbleuses manquent de souplesse et d'initiative dans l'utilisation des documents qui leur sont fournis
parce qu'elles ont l'habitude de tâches pré-ordonnées, "mâchées à l'avance".

* Afin d'éviter la servitude d'un délai de plusieurs mois pour l'établissement informatique d'un schéma d'implantation, il est souhaitable que des câbleuses soient capables d'établir elles-mêmes les listings de câblage à partir de schémas de principes.

* De plus en plus, l'atelier aura à réaliser des sous-ensembles (alimentation, prototypes de laboratoire...) tout en maintenant la production de cartes logiques. A la capacité de lire un dossier s'ajoute la maîtrise des contraintes inhérentes aux montages des différents composants. Enfin, à plus ou moins long terme, le Chef de Service envisage que certaines ouvrières aient à effectuer des tests et des mesures simples sur des sous-ensembles.

L'apport indispensable de connaissance de base va de pair avec l'exigence d'une nouvelle relation au travail. En effet, l'encadrement direct est débordé : c'est lui qui supplée à l'absence d'homogénéité des documents, et à la désorganisation relative produite par la variété des matériels à sortir. On peut distinguer ici trois axes dans les rapports qui s'établissent entre les ouvrières et la maîtrise selon cet encadrement direct :

* L'ouvrière ne sait rien et ne veut rien savoir. A chaque difficulté, elle appelle le Chef d'Atelier. Ce dernier n'en finit pas de faire face à des questions qui le font courir de table en table.

* L'ouvrière respecte strictement le partage entre l'exécution et l'organisation. C'est le Chef d'Atelier qui fournit le dossier, sort les composants du magasin, etc.

* Chaque ouvrière est spécialisée dans un type de tâches : cela prendrait trop de temps de réexpliquer une procédure à une ouvrière qui ne la saurait pas. Cette rigidité entre en contradiction avec l'irrégularité des plans de charges et la diversité des matériels.

Trois réponses en découlent :

* La possession de connaissances mettra fin à la position réelle (ou structurelle) d'ignorance. L'ouvrier devra déterminer les explications qui lui sont réellement nécessaires.

* La préparation partielle par l'ouvrière de son travail, l'élaboration personnelle des étapes de réalisation d'un matériel, l'autocontrôle, en donnant autonomie et responsabilité à l'ouvrière, permettraient à l'encadrement de mieux assurer les exigences nouvelles de son rôle.

* Cela implique que les ouvrières ont àse situer dans l'organisation de l'atelier, de la répartition des tâches et de la pluralité des compétences.

L'action de formation, en prenant en compte l'ensemble des objectifs techniques et relationnels, se doit d'aider à l'instauration d'un dialogue entre ouvrières et encadrement.

L'action de formation est confiée au GRETA de A..., pour un premier volet de 110 heures la première année et de 2 X 70 heures sur la deuxième et la troisième année.

Lors de la présentation de cette proposition commerciale, deux camps se dessinent : d'un coté, l'engagement fort du responsable de formation aux coté du Chef de service demandeur, de l'autre les réticences des supérieurs de ce dernier : "Vous courrez à un échec".

Les ouvrières, non sans quelques appréhension, ont accepté.

 

 Se prendre la tête

Le stage débute. Topo introductif du responsable de formation. Je démarre mon exposé. Les stagiaires me laissent parler. Une séance. Deux séances. Malgré tous mes efforts, elles restent distantes et refusent toutes les plaisanteries ou les gestes qui marquent la connivence. Pire, alors que je constate que la compréhension ne se fait pas, elles me renvoient à ma solitude par un "si, si, j'ai compris" sans appel.

Les ouvrières butent sur des choses très simples, par exemple :
"0 X 0 = 0, d'accord, mais pourquoi 1 X 0 = 0, s'il y a 1 d'un coté, on doit retrouver 1 de l'autre coté."

Elles me regardent manipuler les formules avec une incrédulité totale :
P = U.I donc si I = U/ R alors P = U2/ R

Elles s'étonnent de la mise en graphique de la loi d'Ohm U =R.I

J'explique, réexplique, je détaille, argumente. Très inquiet après la troisième séance, je commence la quatrième de façon inusuelle.

"Je ne peux pas continuer comme ça. Je ne comprends ce qui se passe, pourquoi votre méfiance à mon égard ou à l'égard de la formation. En tout cas, nous n'arriverons à rien. Faut-il arrêter la formation ?"

Les ouvrières se regardent, hésitent à prendre la parole. Enfin, la plus ancienne se décide :
"Ecoutez, nous n'avons pas trop voulu être là. Et ce que vous racontez, nous n'y comprenons rien.

Alors, nous ne savons pas trop quoi penser..."

La discussion s'engage. Les problèmes de chaque ouvrière apparaissent. Nous convenons alors d'une règle du jeu.
"Je formule la matière de mon exposé de la manière que je juge la meilleure. Vous m'écoutez, puis vous me demandez des explications sur tout ce que vous n'avez pas compris. Et ce, jusqu'à la compréhension complète. Vous n'avez pas à vous sentir intimidés ou bêtes de ne rien comprendre. Non. Vos difficultés sont normales, plus que légitimes. Je suis là pour vous aider".

Lors de cette quatrième séance, et les suivantes, les contenus de connaissance devinrent les lieux d'un échange approfondi et très personnalisé. Mes notes de cette époque là constatent :

"Tout ce qui assure habituellement la plateforme du dialogue fait défaut. Il apparaît impossible de faire un exposé complet de la forme a, b, c . A chaque pas, des difficultés de compréhension apparaissent qui sont liées aux préalables de ce que j'expose. Il me faut donc tenir pour aléatoire ce qui, justement pour moi, ne fait pas problème. La seule solution : partir de ce que les stagiaires formulent".

A faire apparaître chaque difficulté, je fus vite dans une impasse. Les prétentions du programme et les objectifs que la hiérarchie assignait aux stagiaires éclataient comme complètement irréalistes. Il ne s'agissait pas de faire un cours "pour techniciens" très simplifié, il faillait fournir des bases d'arithmétique, de grammaire, de physique, etc. Ce que je fis tout un temps.

Pourtant, même très simples, très rudimentaires, les notions ne passaient pas. Il fallu découvrir ceci : ce n'était pas vraiment la complexité des notions qui étaient en cause mais leur habillage formel. La tension, par exemple, présentée avec les protocoles habituels de notation "ne passait pas". Mais une description très imagée de la tension permettait aux auditrices d'intégrer quelques unes de ses caractéristiques.

Ainsi, je montrais que les formules scientifiques obéissent aux mêmes règles d'addition, de multiplication, de mise en rapport que les raisonnements quotidiens utilisés au marché ou à la maison. Par ce recours à l'expérience quotidienne, les ouvrières admettaient du bout des lèvres qu'effectivement elles retrouvaient des opérations familières dans les formules scientifiques.

Tout le problème a alors consisté à revenir au formalisme électronique à partir des représentations familières, faute de quoi la tension, le courant, etc. restaient des notions isolées, sans autre utilités que descriptives.

"D'accord. Apprenez-nous l'électronique, mais autrement. N'utilisez pas des lettres. C'est trop dur pour nous. C'est des maths. Servez-vous plutôt de chiffres. Cela on connaît. Nous n'avons pas besoin de grandes théories. Donnez-nous plutôt des éclaircissements pratiques. Soyez concret !"

Pour faire toucher du doigt que les formules réglant les relations entre le courant, la tension, la résistance, la puissance n'étaient pas des puissances fantomatiques dont il fallait donner des images simplifiés, je partis de la revendication suivante que nous rapporte l'ACUCES dans la conclusion du texte déjà cité :

En Lorraine, des formateurs demandent à des ouvriers ce qu'ils veulent apprendre : "on aimerait bien connaître les mécanismes d'un moteur", répondent-ils. Et quand les formateurs leurs proposent de débuter par du "petit", "à la base", avec l'étude d'un moteur de motocyclette, les ouvriers protestent : "Non, ça ne nous intéresse pas, on veut tout de suite attaquer un moteur diesel. Le vrai, c'est forcément compliqué".

La revendication du concret passe par le désir de comprendre des "choses compliquées" pour les enseignants mais qui ont le mérite d'être pratiques...Dans l'atelier, à la maison, les stagiaires ont affaire à la forme familière de la lampe qui s'allume, au transistor que l'on règle, à la télévision que les enfants dérèglent.


Y a-t-il une progressivité pédagogique possible ?

La progressivité pédagogique résidera dans la familiarisation avec la réflexion incluse dans l'action. Par exemple l'usage des conventions qui permettent d'utiliser les appareillages électroniques. De conventions simples, descriptives, soucieuses d'accompagner les gestes successifs, le formateur passera progressivement à des conventions de plus en plus symbolisées, de plus en plus synthétiques.

Au terme de ce parcours, des formules comme U=R.I ou P=U.I seront prises pour ce qu'elles sont : des règles d'action valables quelque soit la nature de l'appareillage et du type de circuit

Au delà, en tirant la morale de l'anecdote mettant en scène des ouvriers désirant être formés au moteur diesel plutôt qu'à un moteur de bicyclette, nous pourrions ainsi, nous les formateurs, bâtir notre pédagogie selon trois grandes exigences :

* Ne pas s'en tenir aux simples connaissances dites "théoriques" et exposées de façon livresque. Il faut plutôt les dégager des pratiques où elles sont mises en œuvre de façon efficace en montrant le lien intime entre la procédure, la convention, la symbolisation et l'action.

J'expliquais l'intérêt qu'il y a à utiliser des lettres plutôt que tel ou tel chiffre précis pour manipuler les différentes formules représentant le fonctionnement d'un circuit électronique.

Or il apparaît que je ne peux pas substituer impunément les lettres et les chiffres les uns aux autres.
Au lieu d'y voir un jeu qui permute entre eux des symbolismes différents, les stagiaires vivaient la mise en lettre comme une dépossession de leur réalité quotidienne.

"Quand vous parlez de tension, de courant, donnez-y le sens que vous voulez. Nous, si on dit courant à la place de tension, ou l'inverse, ça ne fait rien, du moment qu'on se comprend".

Je ne savais, sur le coup, pas quoi répondre. Les ouvrières considéraient qu'un référent existait en deçà de tout langage, "quelque chose qui fait actionner" une machine ou un appareil électroménager.

Ce référent, elles pouvaient le désigner sans inconvénient par des termes différents. Ainsi, quand l'une parlait de "courant" et l'autre de "tension", l'important n'était pas tant la dénomination que la compréhension de ce qui était visé en deçà des signes : le "quelque chose qui actionne".

Curieuse conséquence, la formule U = RI, qui paraissait énigmatique sous sa forme littérale, n'en était pas moins contestée lorsqu'elle s'appliquait à un cas particulier.

"D'accord, 10 V : 5 R X 2 A, cela semble logique, nous ne pouvons pas dire que cela soit faux. Mais en quoi c'est réellement vrai. Pourquoi pas une autre combinaison entre la tension, la résistance et le courant", protestait une stagiaire.

Au postulat d'une distinction fondamentale entre les choses et les signes, cette dernière réflexion ajoutait une singulière dimension. Les ouvrières, en effet, dénonçaient une prétention : U = R.I ou V = 5 R X 2 A prétendaient dire le vrai sur le vrai. Autrement dit, toutes les autres manières de parler du courant et de la tension devenaient fausses. "De quel droit", questionnaient donc les ouvrières, qui postulaient ainsi l'arbitraire des signes pour ironiser sur la prétention de la formule scientifique.
Finalement, comme l'important était de ressaisir le "quelque chose qui actionne", les stagiaires étaient unanimes à revendiquer un langage concret.

"Ce que vous nous dites avec les lettres, dites le avec des chiffres, montrez-le nous avec des choses, avec une façon de s'y prendre, on comprendrait mieux".

"Parlez simplement de ce qui peut se voir, se toucher. Nous, nous sommes des manuelles, il faut qu'on manipule les choses".

Avec le senti, le vu, l'éprouvé, le gestuel, le chiffrage, elles sont dans le "concret". En utilisant des lettres, je leur ôte le concret pour y mettre à la place "l'abstrait". La substitution d'un symbolisme à un autre devient la substitution d'un type de réalité à un autre type de réalité.

Il est important de distinguer comment les caractéristiques propres du concret et de l'abstrait s'appuie sur un statut très particulier donné au langage. Fondamentalement, il y a séparation entre le langage et la réalité, et le langage va avoir une fonction de représentation.

Le langage concret va représenter du concret. Autrement dit, il va figurer la réalité que nous touchons, voyons, sentons. Par contre le langage abstrait va figurer une réalité abstraite qui ne renvoie à rien de concret. Rétrospectivement, je comprends la réflexion de la stagiaire : en manipulant des lettres, on peut tout s'autoriser, puisque aucune butée concrète n'est limitative. Le langage abstrait ne renvoie qu'à lui-même.

L'"abstrait" n'est en aucun cas l'intelligibilité du phénomène concret. Au contraire, il se substitue au concret. Nous verrons plus loin le désarroi des ouvrières devant les schémas électriques et mécaniques d'une alimentation à monter : les conventions signifient la disparition de l'alimentation "concrète", à cause de l'impossibilité d'une mise en rapport entre les schémas et l'objet matériel.

A partir de cette conception du langage abstrait, il est possible alors de reconstituer le raisonnement tenu par les stagiaires.

"Vous, le formateur, vous venez d'un monde où l'on utilise pour des raisons de prestige et de pouvoir, le langage abstrait. Même si vous essayer de le cacher, ce langage abstrait ne peut représenter la réalité concrète qu'en se servant forcement du langage concret comme véhicule. Donc, pourquoi s'embarrasser d'une surcharge et ne pas utiliser directement le langage qui figure sans détour la réalité concrète ?"

De plus, pensent les stagiaires, pas moyen de comprendre quoique ce soit, avec le langage théorique de l'électronique, puisque les choses n'ont plus rien à voir avec leur image évidente. Alors que la réalité est concrète, elle apparaît abstraite. C'est absurde."

L'enjeu véritable de la formation se cristallisa sur les rapports entre la réalité et les conventions. Comment une réalité vue peut-elle être "représentée" par des schémas ayant des conventions différentes, de "vérité" égales entre elles ? Comment peut-on mettre en corrélation un schéma de principe avec un schéma développé et un schéma d'implantation. Ces questions témoignent de l'incertitude qui se fit jour sur la nature de la réalité. La réalité concrète, n'étant plus parlée par un langage concret, se déroba pour faire place à l'énigmatique.

Faisant dessiner à chacune des stagiaires un arbre, je montrais que la représentation d'un arbre "concret" était une fiction face à huit styles bien affirmés dans leurs différences, huit styles dont chacun n'avait ni plus ni moins de vérité que l'autre.

Mise en relation, mise en rapport, mise en ordre acquièrent, avec ces exemples, la réalité de la recherche d'une efficace. Les stagiaires passent de la question "en quoi un schéma représente ou non une chose" à la question "Quel type d'action permet ce type de schéma ?". Ainsi, ce qui va différencier les différents schémas est leur fonctionnalité spécifique.
  • Le schéma de principe met en évidence le fonctionnement électronique.
  • Le schéma développé indique la localisation géographique des composants sur la carte.
  • Le schéma sérigraphique met en place une implantation automatique et non réfléchie des composants et des conducteurs.
Une formule peut être utile : nous dirons que tout schéma est une forme de l'action, une forme-action.

A partir de ce changement d'optique, les stagiaires comprennent que s'ils veulent faire passer un courant de 1 A dans une résistance de 6 R, la valeur requise pour la tension sera de 6 V. Plutôt que la chose "alimentation", c'est l'action du "montage" qui doit focaliser les ouvrières.

 

 La théorie des formes de l'action

Ce que j'expose maintenant est le fruit de mon apprentissage effectué en tentant de résoudre les difficultés rencontrées et exprimées par les stagiaires.

L'opposition abstrait/concret va de pair avec une distinction entre le langage et la réalité. On réduit le langage à être une représentation de la réalité. On privilégie le modèle de la connaissance pour dévaloriser les actions non savantes au profit des actions savantes. En effet, se donner une image des choses pour le langage concret, ou une image des idéalités pour le langage abstrait, revient à ignorer le ou les types d'actions où¹ le langage n'est en aucun cas une représentation.

Adoptons le parti pris inverse. Faisons du langage une "présentation". Langage et réalité ne sont plus distincts mais joués simultanément. Nous repérerons du langage et de la réalité dans la façon dont un type d'action s'organise dans une convention, un codage, un classement, etc.

La réalité n'est alors non plus appréhendée comme extérieure au savoir mais comme une pluralité d'actions donc chacune s'organise dans un type de convention. Chaque convention " électrique", "développée", "sérigraphique" se définit négativement par rapport aux autres conventions : elle est ce que les autres ne sont pas. Nous dirons que dans les signes, elle est la référence unique de l'action qu'elle met en forme. Une convention est une forme de l'action, une forme-action.

Ces notions peuvent paraître, hors du contexte où elles ont été élaborées, abstraites ! Donnons un exemple concret, pour les illustrer.

La liste suivante de condensateurs s'ordonne selon la forme de l'action, la forme-action " Ordre de montage prescrit sur une carte électronique", soit :
  • C1 à C6 : 33 U F/25 V chimique
  • C7 : 100 U F/25 V chimique
  • C8 : 10 U F/25 V chimique
  • C9 : 0,1 U F/250 V plastique
  • C10 : 4 700 p F/250 V plastique
  • C11 : 47 n F/250 V plastique
  • C12 : 0,22 U F/250 V plastique
  • C13 : 2.2 U F/25 V chimique
La forme-action "Ordre montage" qui ici est la numérotation de C1 à C13, réordonne selon sa logique les autres formes-actions "Farad et ses unités", "Tensions limites", "Nombres", "Nature du condensateur", etc.

Supposons que nous voulions faire une commande de ces condensateurs. Nous réordonnerions l'Ordre de montage selon la forme action "Commande" qui met en évidence les "Natures des condensateurs" selon les "capacités croissantes".

1. Condensateurs plastiques
  • 4 700 p F/250 V C10
  • 47 n F/250 V C11
  • O,1 U F/250 V C9
  • O,22 U F/250 V C12
2. Condensateurs chimiques
  • 2.2 U F/25 V C 13
  • 10 U F/25 V C8
  • 33 U F/25 V C1 à C6
  • 100 U F/25 V C7
Dans la théorie linguistique, il est usuel de dissocier deux substances. D'un côté il y a le "signifiant", ou support matériel, et le "signifié", ce qui fait sens. Et ce qui fait sens est produit par la mise en relation du "signifié" avec la réalité matérielle ou imaginaire. Cette réalité extérieure fonctionne comme une troisième substance appelée "Référence". La notion de forme-action rompt complètement avec le triplet "signifiant", "signifié", "référence".

Le schéma, la convention, le classement ne sont plus des supports liés arbitrairement à un signifié. Ils prescrivent un type d'action, sans s'embarrasser d'une signification. On passe d'une relation entre un "mot" et une "chose" à une unité entre un ordonnancement et une série d'actions ordonnées. Les signes ne font sens qu'en tant qu'ils facilitent l'action en indiquant sans ambiguiité les actes à enchaîner successivement.

La réalité qu'invoque le langage dit "concret" ou les concepts qui sont évoqué dans le langage dit "abstrait" seront alors considérés comme des formes d'action dont la distinction est à trouver dans deux façons de pratiquer la relation entre une convention et une action.

En quoi ces développements sur le fonctionnement du langage représentent une avancée pour résoudre le problème posé ?

Ils permettent, ils m'ont permis de suggérer aux stagiaires qu'un langage n'était pas plus "vrai" qu'un autre. Que la notion de hiérarchie entre les langages n'était pas réglée par une structure définitive mettant la réalité là et les signes ici.

Au contraire, la hiérarchisation, la subordination d'une forme-action par une autre est par principe relative. Une hiérarchisation, une subordination sont une parmi toutes sortes de hiérarchisations, de subordinations. Si l'une l'emporte à un moment donné, c'est uniquement en raison d'un critère d'efficacité à ce moment donné. Dans la suite de l'action, une autre forme-action, prendra le commandement

La réalité est disjointe entre les différentes formes-actions. Mettre une forme-action en commandement sur les autres formes-action, c'est "tirer la réalité" dans un sens plutôt que dans un autre.

Ce que les ouvrières doivent repérer, c'est la différence entre les choses et les signes qui formalisent l'action. La chose n'est pas toute entière dans une convention : celle-ci n'y fait qu'y découper un niveau de pertinence. On ne peut monter une alimentation qu'en utilisant des conventions différentes.

Au niveau de la chose se confronte le caractère différentiel des formes-actions.

La notion de disjonction permet la notion de choix. Choisir, c'est privilégier une option au détriment d'une autre. Il n'est pas possible de tout faire avancer ensemble : une forme-action en position "atout" subordonne les autres formes-action. Ainsi la forme-action "Ordre de montage" subordonne les formes-actions "Commande" qui elle-même combine les formes-action "Nature des condensateurs" et "Quantité croissante".

Chacune des ces formes-actions a une double fonctionnalité :

* Elle a son "ordre sur l'action" et "sa convention sur les signes", différents des autres Références. Ordre et convention fonctionnent comme les présupposés nécessaires à la compréhension de la liste des composants comme guide de l'action.

* Mais à l'intérieur de la forme-action "Ordre de montage", les autres ordres et les autres conventions apparaissent par rapport à eux-mêmes comme subordonnés par l'ordonnancement qui s'impose à eux.

Malgré cette subordination "désordre", ils n'en continuent pas moins à "faire sens"

Peut-être ici pouvons-nous retrouver l'intuition des linguistes qui tiennent à isoler un "signifié". Ce qui se signifie, c'est le possible d'une forme-action en tant qu'ordre et convention. Elles sont en subordonnées mais elles font quand même sens, "elles se signifient", car nous pouvons en concevoir l'efficace si leur statut passait de la subordination au commandement.

Les "signifiés" seront pour nous, dorénavant, la possibilité d'ordre des autres langages, schémas, conventions, etc. dans la forme-action qui nous mobilise pour l'instant. Le terme de "signifié" indique que la force de la forme action subordonnée n'est pas présente en personne, mais représentée. Dans une forme-action au commandement, dans la forme-action de référence, les autres formes-actions ne sont pas présentes en personne, elles ne sont que représentées. Une forme-action est Référence, les autres ne sont que du Sens.

La dialectique que nous esquissons entre la présentation et ses diverses représentations ne nous fait pas sortir du langage pour aller dans une réalité qui serait une norme départageant entre le "bon langage" et le "mauvais langage". Non, il y a de multiples langages qui s'utilisent les uns les autres. Tout se joue entre un langage et plusieurs langages, et de plusieurs langages à un langage.

Deux conséquences apparaissent avec la distinction entre "forme-action de Référence" et pluralité des "forme-action Sens".

1/ Pour qu'il y ait une unité forme-action Référence + Sens, il est nécessaire que les Sens ait leurs forme-actions normalisées par ailleurs dans des présentations exhaustives. Il y a donc une présence à distance, une présence virtuelle, de toutes les formes-actions.

2/ L'action doit être scénarisée afin de déterminer la succession des mises au commandement des formes-action. Quelle est forme action qui fait Référence en premier, quelle est celle qui fait Référence en second, quelle est celle qui fait référence en troisième ?

 

 Faire découvrir les relations symboliques

Revenons aux monteuses soudeuses évoquées en début de page. La formule U=RI relève du monde des techniciens et des ingénieurs. L'utilisation d'une telle formule n'a aucun sens pour une monteuse soudeuse si elle se considère par rapport à son évolution professionnelle type, qui la cantonne à vie à des activités manuelles.

L'ingénierie pédagogique doit donc progresser sur les deux plans de l'énonciation et de l'action. Plutot que l'objectif "apprendre à calculer des formules électroniques", j'ai suggéré que l'objectif devait être "la maitrise de la qualité électrique d'un circuit monté et soudé". Les savoirs proposés dans la formation devaient être sélectionnés et présentés en fonction de cet objectif de qualité.

1/ Sur le plan de l'énonciation, les icones seront à proposer du plus partagé au moins partagé, en s'appuyant au départ sur les indices les plus familiers :

* les emplacements soudure des composants matérialisée sur une carte pré* soudée, fournit l'index d'un circuit qui présente des composants en continuité ou en parallèle ; à cet index s'ajoute l'exigence de la qualité de chaque soudure des pattes des composants :

circuit soudure

* le résultat du montage des composants sur la carte via un protocole de montage est un index en relief du circuit, dont la qualité électrique est vérifié par un contrôle qualité :

Controle qualite
* les caractéristiques des composants indiqués un Catalogue de produits, est un index suggérant qu'il faille respecter les valeurs élecriques des composants calculées par le circuit et ne pas les remplacer par des composants considérés à tort comme similaires :

Catalogue

* la mise au point d'une implantation sur une carte via un schéma d'implémentation, familiarise avec l'effet de déformation entre le circuit éléctrique initial dans sa phase de calcul et la disposition sur une carte de façon à parler au pourtour les composants qui sont :
  • volumineux
  • calorifères
  • des points de mesure
  • des signaux informatifs
  • des points de réglage
  • des connexions d'entrées ou de sortie
Schema implantation
* le calcul des composants d'un circuit électrique, via un schéma de principe, arrivant en fin de formation pourra alors être présenté comme la base originelle du contrôle qualité, en apportant la preuve que les composants et leurs valeurs ne sont pas arbitraires :
Schema de principe
2/ Sur le plan de l'action socialisée, les actions possibles aux monteuses soudeuses seront progressivement de plus en plus autonomes et intellectuelles. Notamment des méthodes de contrôle de la qualité seront mises en oeuvre, auxquelles s'ajouteront des méthodes de résolution de problème en groupe. Enfin, la possibilité devra être donnée d'autoriser des moments d'interruption de la cadence afin de traiter collectivement à chaud un problème qualité.

Vers les méthodes de l'ingénierie pédagogique pour les adultes

Sur la figure suivante sont indiquées deux opérations essentielles de l'ingénierie pédagogique pour les adultes :
  • la déclinaison de l'icone savoir (dans sa forme scolaire) en une série de schémas ayant des forces iconiques en rapport avec les objets concrets et quotidiens traités par les adultes dans leur contexte professionnel
  • la déclinaison des indices en une série de procédures d'action permettant l'utilisation des schémas, et précisant les actions possibles entre lesquelles choisir.
articulation parole pedagogique

La progression pédagogique sera pragmatique : elle remontera progressivement vers la source qui détermine ce qui est possible ou impossible dans les actions. Développons cette figure en une figure précisant l'organisation des séquences. Ce qui est essentiel est de fournir au démarrage la dimension de l'espace où l'ensemble des acteurs du collectif du travail auront à évoluer. Cela se fait par une présentation des icones*schémas d'action qui seront à maîtriser en cours de formation.

Sequences parole pedagogique

La séquence conclusive refera le parcours sous une forme syntéthique afin d'apporter la prise de conscience de la dimension du dialogisme existant entre toutes les icones, dialogisme transversal à l'ensemble des acteurs du changement.

Les schémas, les procédures d'action, les objets et les actions peuvent être mis en oeuvre successivement par un même individu. Dans l'entreprise, l'organisation va distribuer ces icones et ces indices entre différentes fonctions : le Bureau d'études, les Achats, l'atelier de Montage. La formation efficace est action, dit-on. Oui, la formation devient action à la conditions que les statuts et les compétences des acteurs en présence évoluent. Il n'est pas possible de former uniquement une catégorie d'acteur car la dynamique d'apprentissage doit être partagée et ajustée entre tous les acteurs.

Si vous avez à préparer une formation ..

Considérons maintenant le montage d'un dispositif de formation. Mon point de départ a été de considérer, sur un plan théorique, les savoirs à maîtriser comme des icones, et le dialogue pédagogique comme un dialogue amenant les indices des objets à maîtriser.
montage formation action
Je considère que l'enjeu de la pédagogie n'est pas la maîtrise de savoirs-icones, mais la capacité finale de tenir un statut et de maîtriser des compétences par rapport à des Objets socialement partagés.

Pour identifier ces Objets, ou plus exactement les statuts et les compétences envers ces objets, je mène une enquète sur les actions à conduire et les performances à atteindre. J' interviewe la hiérachie, l'encadrement direct, ceux qui organisent le travail et bien sûr les futurs étudiants. Il me faut en savoir assez sur ces Objets de façon à ce que je puisse concevoir les grandes étapes du dialogue pédagogique. En particulier, je dois m'assurer à bien identifier les Objets qui doivent apparaître dans la parole première, de façon à susciter aisément les Objets des paroles secondes. Le schéma de cette enquête peut se figurer ainsi :

savoirs competences
Une fois en possession de la représentation des actions et des Objets qui les exigent, je peux imaginer une progression souhaitable du dialogue pédagogique.

Le point clé n'est pas dans cette progression pédagique. Il réside dans l'acceptation par la hiérarchie et leur entourage que les étudiants seront effectivement reconnus dans leurs nouveaux statuts et nouvelles compétences. En pratique, cela me conduit à négocier avec la hiérarchie les Objets qui seront partagés par l'ensemble du collectif : les collaborateurs étudiants, les organisateurs, les managers de premier et second rang. Par exemple, la hiérarchie peut être réticente à partager des documents, des plans, des schémas, bref ce qui est écrit, qu'elle considère lui étant exclusivement réservé. La négociation va donc porter sur les modalités d'accès à l'écrit, non seulement pendant le temps de la formation mais de façon durable. Cela a pour conséquence la formalisation de nouveaux rôles organisationnels (statuts) qui exploiteront les nouveaux savoirs acquis en formation (compétences)

Une façon de préparer la négociation est de formaliser dans un Référentiel les compétences à maîtriser aux terme de la formation. Une fois que la négociation sur les partages des nouveaux objets est finalisée, les points d'interrogations du schéma précédent disparaissent.

Semiodialogie d'une démarche qualité

 

* GRoupement d'ETAblissements publics qui mettent en commun enseignants et locaux pour assurer la formation des adultes.

 

 

 

 

 

 

 

mercredi 27 novembre 2013

EMBAUCHEZ- MOI vous trouverez bien pourquoi


Repris de :

Mise en ligne par Marianne le 21 juin à 09:28.

Ville :Paris
Code postal :75016
Description :
Cher employeur potentiel,

Parce qu'aujourd'hui des bagages et des expériences solides ne semblent plus suffisants pour survivre, j'ajoute à mon CV un peu de culot et de fantaisie!

Agée de 29ans (c'est bon, j'ai tout dit!), sérieuse (mais enfin, si, je vous assure!), motivée, volontaire, dynamique et capable de m'adapter rapidement, je ne cherche pas spécialement un emploi dans la branche dans laquelle j'ai roulé ma bosse jusque là, mais tout emploi qui me soit accessible:
secrétariat,
rédaction (je peux faire des miracles, j'ai eu 9,5/10 en 6ème quand on m'a demandé de raconter mes vacances),
manutention (j'ai une bonne charpente faites- moi confiance), figuration,
vente,
petits bricolages,
service bar,
brossage de poils dans le bon sens,
rangement de livres/ pulls/ timbres par couleur/ titre/ pays (saurez- vous faire les bonnes associations?!),
etc...

- je n'habite pas Wysteria Lane, je ne suis donc pas à la recherche d'un poste chez Tupperware & Cie,
mais bien d'un emploi en tant que salariée, en CDD, CDI, Temps partiel ou complet, tout est à étudier.

Je suis titulaire:
- d'un bac S option SVT (eh bah oui fallait bien commencer!)
- d'un Brevet d'Etat Sport Pour Tous (communément appelé BEESAPT, niveau bac+2)
- d'une licence STAPS (en gros sport) mention "Activités Physiques Adaptées"
- d'un Brevet Professionnel Spécialité Gym (passé l'an dernier, comme quoi, je suis motivée pour me reformer)
- de diplômes fédéraux divers
- de mon permis B (obtenu du premier coup, sisi)
- d'un crédit que je n'arrive pas à rembourser
- d'un découvert que je n'arrive pas à combler

Concernant mes expériences, au bout de 10ans dans le domaine du sport et des loisirs, elles couvrent deux pages A4 que vous n'aurez sûrement pas envie de lire mais que je peux très bien vous résumer si vous me le demandez (gentiment, cela s'entend!)!
J'ai aussi été serveuse dans un restaurant pour fêter la sortie du lycée, puis quelques mois dans un pub quand j'étais à la fac (vous n'imaginez pas quelle employée modèle je fais: je ne carbure qu'à l'eau plate).
Je sais également tenir une caisse (enfin, appuyer sur les bons boutons recevoir et rendre les bonnes sommes d'argent tout en disant "bonjour, je peux vous aider? 5,62€ s'il vous plaît(je peux m'adapter je vous ai dit hein), merci, au revoir" avec le sourire) car j'ai passé de nombreuses heures dans le bureau de tabac d'une amie.

Il me semble désormais avoir fait le tour de tout ce qui pourrait être susceptible de vous intéresser, si ce n'est le fait que je tiens un blog, mais ça, on verra plus tard!

Alors maintenant, à vous de jouer, je suis certaine que vous pouvez le faire!

EMBAUCHEZ- MOI!(s'il vous plaît...)
Merci de préciser vos coordonnées dans vos réponses avant d'exiger d'autres infos...

NB: Mobile sur toute l'Ile- de- France